Julie Flamingo, éditrice de city guides graphiques

Dans cette série d'interviews, je m'intéresse à des femmes qui ont un univers bienveillant qui me touche, qui sont passionnées, qui osent et qui avancent.

Julie, je l’ai rencontré à travers Instagram comme la plupart des femmes que j’interviewe ici d’ailleurs :) Grâce à Ophélie, qui m’a fait découvrir son univers si doux et pétillant à la fois, pleins de bonnes ondes, de bonne humeur et d’évasion. J’ai tout de suite adoré les city guides très graphiques de Julie et lorsqu’on s’est rencontré autour d’un café pour faire quelques photos, j’ai encore plus été subjuguée par le travail et le sérieux qu’elle investit pour mettre au monde ces city guides (pour l’instant Nantes, Bordeaux et Paris sont sortis). Pour le guide de Paris par exemple, après 3 mois de recherches Julie avait récolté 2000 adresses, qu’elle a ensuite épluchées pour en tester 750 et n’en garder que 120 dans son guide final ! Un boulot colossal ! Pour faire sa sélection, Julie garde les adresses au charme typique, celles qui font la singularité de la ville et non sa ressemblance à d’autres. J’ai trouvé sa démarche super touchante et authentique, et j’adore à quel point Julie se montre “vraie” autant IRL qu’à travers les photos qu’elle partage sur instagram ou les textes qui les suivent.

Retrouvez le travail de Julie sur son site Julie Flamingo qui héberge également son shop, et sur Instagram @julieflamingo.



Parcours

Quel est ton parcours et comment s'est initiée ton aventure dans l’édition de city guides ?

J'ai un bac +5 en Commerce International. Comme la vie n'est jamais linéaire, je n'ai pas du tout fait ça, et j'ai évolué pendant 15 ans en tant que Responsable RH dans le monde de l'IT. 

En 2017, lassée des affres d'une gouvernance qui ne me correspondait plus, j'ai quitté le salariat pour l'entrepreunariat. 

Ne voulant plus dépendre que de moi-même, j'ai créé ma propre maison d'édition, spécialisée en city guides graphiques. 

Comment vis-tu aujourd'hui la vie d'indépendante ? As-tu une routine particulière ?

Comme tous les indépendants, l'espace temps a changé, les contours d'une journée sont flous, les horaires de bureau n'existent plus, les vrais we se font rares, je n'échappe pas aux moments de pression, de stress, de doute. Mais je vis cette aventure avec délice et passion. 

Plein de petits gestes familiers du quotidien mais pas de véritable routine que je vais suivre au pied de la lettre. 

Mon métier est changeant : un jour j'arpente une capitale en marchant, la semaine suivante, je suis au bureau à écrire. 

Créativité


As-tu un processus créatif particulier ?

Je pense qu'au bout de mon troisième guide, j'ai effectivement une forme de processus créatif. J'ai répondu il y a quelques mois à un très bel interview sur le processus d'écriture. Mes réponses sont ici Les jolis cahiers, du coup, je ne sais pas trop comment redire tout ça sans me paraphraser ^^

« Au démarrage, quand les idées doivent naître, j'écris dans le silence. Ensuite, quand le processus est enclenché, j'écoute de la musique car elle me porte. Il m'arrive même de pleurer dans ces phases car certains morceaux me prennent aux tripes : cet accord entre la musique, et l'écriture me fait vivre un moment très intense, riche en émotions, presque spirituel. Le défi que je me lance est de décrire d'une façon très singulière chaque adresse de mon guide... en cinquante mots seulement. Je n'ai pas de moment particulier, c'est quand le flow est là. Je ne me force jamais. » 

D'une manière générale, je réalise 90% de mon job installée à mon bureau, face à une grande baie vitrée à l'étage, avec vue sur le ciel et les nuages. On ne peut pas dire que le minimalisme me caractérise. Je dépose dans cette pièce tous les petites choses qui me font vibrer : des milliers de cartes postales, de petits mots doux, de bougies, des grigris, des pierres précieuses, de la papeterie, des carnets de voyage, les dessins de mes enfants, des piles de bouquins... ça m'entoure, ça m'envoie des good vibes et du coup, ça fait venir l'inspiration. Je crois fortement que les objets ont une âme. 

J'ai toujours une boisson chaude à portée de main, que je me prépare dans une jolie céramique. 

L’inspiration vient plutôt de l’intérieur ou de l’extérieure chez toi ?

L'inspiration vient donc de l'extérieur au moment de récolter les adresses. Puis la phase d'écriture, à laquelle j'attache une importance démesurée, est 100% intérieure. Pour écrire, je me transforme en recluse, je me nourris de mots et de musique, c'est un truc tellement intense et intérieur que ça en est presque mystique parfois.

Selon toi, est-ce que l’inspiration entraîne l'action ou le contraire ?

Je pense en effet que chez moi l'inspiration entraîne l'action : une ville qui me plait déclenche l'envie de faire un guide, les adresses dont j'ai le crush déclenche mon envie d'écrire, etc... 

Food

Est-ce que tu cuisines ? Que représente la cuisine / l’alimentation pour toi ?

Je cuisine mais beaucoup moins que mon amoureux qui se charge des repas. 

Mais je suis la reine des soupes, des tartines et des gâteaux. 

Après 10 ans de végétarianisme, j'ai conservé mes réflexes de cuisiner sans viande. 

La nourriture représente pour moi la merveilleuse métaphore "croquer la vie à pleines dents". Manger c'est la gourmandise, la convivialité, un truc qui fait du bien au corps et à l'âme. 

Quelle est ta madeleine de Proust ?

Ma madeleine de Proust c'est clairement le riz au lait de ma grand-mère bigoudène, cuit des heures dans son four en fonte.

Spiritualité & mystique

As-tu des routines ou exercices qui te permettent de luter contre le stress ?

Dans mon hygiène de vie, pour me sentir bien dans mes baskets (que ce soit mentalement, physiquement, pour un sommeil apaisé...) je fais du sport. Plusieurs heures par semaine. 

La première année d'entrepreneuriat, j'étais toujours dans une forme d'urgence et je zappais systématiquement le sport en me disant « ça (écrire, faire de la compta, passer un appel...) c'est plus important, le sport attendra ». 

Grave erreur qui m'a passablement déséquilibrée. 

Quand l'année 2018 a démarré, je me suis fixée une bonne résolution : celle de ne plus jamais faire passer une sortie running ou un cours de gym au second plan. Et je m'y tiens. J'ai compris que cela est essentiel à mon équilibre. 

Des rituels food auxquels tu es attachée ?

J'adore petit-déjeuner tous les matins en famille, prendre les repas du we en famille. Par contre le soir en semaine, je n'aime rien de plus au monde que de dîner en tête-à-tête avec mon amoureux. 

Julie Flamingo a été photographiée chez Café Oberkampf à Paris par Louise Skadhauge.

← Article précédent Article suivant →