Lucie Bréameault, écrivain - auteure de "La seconde vie de Rachel Baker"

Dans cette série d'interviews, je m'intéresse à des femmes créatives qui ont un univers bienveillant qui me touche. Des femmes passionnées, qui osent et qui avancent. Aujourd'hui, j'ai le plaisir de vous présenter Lucie Brémeault, auteure du roman policier "La seconde vie de Rachel Baker" que j'ai terminé cet été en 2/3 jours (record du livre lu le plus rapidement, tellement il se dévore). Avant d'être une écrivain assumée, Lucie a d'abord fait de la photo en studio pendant 7 ans et cela se ressent dans son style d'écriture très imagé. Je l'ai connue après avoir interviewée Marine Chapon avec qui elle partage des valeurs et un mode de vie vegan. En juillet dernier, je la retrouvais chez elle pour illustrer ses réponses à mes questions, que voici.

lucie bréameault, auteur

Je suis arrivée à Paris à l'âge de 18 ans (je suis originaire de Rennes en Bretagne). Après des petits boulots peu gratifiants, je suis allée en école de photographie à l'âge de 20 ans pendant une année et me suis lancée dans une carrière de photographe beauté pendant 7 ans. La lassitude du travail qui s'est doucement installée au fur et à mesure du temps m'a donné envie d'essayer autre chose...

J'ai toujours adoré lire et écrire. Quand j'étais ado, je tenais un blog où j'écrivais des courtes nouvelles un peu étranges sur le cannibalisme ou le Petit Chaperon Rouge version moderne un peu trash... 

Alors pendant deux ans, entre deux shooting, j'ai écrit des romans sous nom de plume que je publiais en autoédition sur Amazon. J'ai été surprise de voir que ça fonctionnait, je ne m'y attendais vraiment pas. Je me suis découvert alors une vraie passion et j'ai eu envie de ne consacrer ma vie professionnelle qu'à ça. Après 7 ans de bons et loyaux services, j'ai arrêté la photographie pour me consacrer au métier de rédactrice et écrivain. 

J'ai décidé que pour mon dernier roman j'utiliserais mon vrai nom. J'avais envie d'officialiser tout ça et de pouvoir être fière de coller mon nom à quelque chose qui avait de la valeur pour moi.

 

interviews femmes créatives

En principe j'ai souvent des idées de scenarii que j'écris dans un petit calepin et que je choisis au moment où je démarre un nouveau roman. J'ai aussi des idées de personnages, de lieux ou des thématiques qui me tiennent à coeur que je note et garde de côté.

Ce qui m'inspire le plus lorsque j'écris c'est la musique. Mais c'est un jeu dangereux car la musique peut influencer la plume, alors je choisis toujours des morceaux assez neutres, de la musique classique comme Max Richter ou bien des B.O. de films. 

Pour le cinéma, c'est comme pour la littérature, je suis une éternelle amoureuse de la culture et l'imagerie américaine. James Ellroy, Thelma & Louise, Bagdad Café, les road movies, Tarantino, Donald Ray Pollock, les diners, la Route 66, Johnny Cash, les routes poussiéreuses... Cela compose mon univers, c'est ce que j'aime lire, regarder, mais aussi écrire. Je reste persuadée d'avoir été une vieille texane dans une autre vie ! J'ai toutes ces images dans la tête, ces faux souvenirs qui m'aident à composer et à créer mes personnages.

interview Lucie Bréameault

Est-ce que les routines sont importantes pour toi ou suis-tu plus le flow du moment ? 

Je suis une couche-tard et une lève-tard. Je commence toujours la matinée par un café et je regarde mes mails. Le matin il ne faut pas me bousculer, je ne suis pas ronchon mais j'aime le calme. Je travaille de chez moi et j'adore ça. Je peux vivre à mon rythme, déjeuner quand je le souhaite, prendre une pause sur mon balcon et écrire jusqu'à tard. Je suis assez casanière alors quand j'ai envie de me déconnecter je sors voir des copains pour faire un Molki ou faire une soirée fromages (vegan !) chez Aujourd'hui Demain. J'aime aussi regarder des films sur Netflix ou mieux encore, aller au cinéma. C'est l'endroit absolu de déconnexion pour moi : plongée dans le noir, face à une histoire, mon cerveau arrête enfin de réfléchir. Je suis concrètement quelqu'un qui vit au jour le jour avec ses habitudes et ses routines, c'est plus facile à gérer quand on est naturellement un peu angoissée. Et pour décompresser, rien de tel qu'une sortie à boire des bières entre copains ! 

 

As-tu une routine sportive ?

Il m'arrive (rarement !) d'aller à ma salle de sport. Ce que j'aime, c'est faire du vélo face à un super écran où on peut rouler en plein Nevada ! C'est un peu dépaysant et après 45min de vélo, je suis vidée.

interview beauté holistique
interview femmes inspirantes

Pendant des années, lorsque j'étais photographe, j'avais une image bien triste et conventionnelle de la « belle femme ». Pour moi elle était fine, jeune, avec des cheveux longs et soyeux, des traits fins, un nez retroussé, une bouche pulpeuse, une peau lisse et halée... Bref, j'aimais la femme « papier glacé » car je ne voyais que ça à longueur de temps. C'est en prenant du recul (et peut-être de l'âge) que j'ai commencé à me lasser sévèrement de ses visages et ses corps sans aspérité. Sur la fin de ma carrière, j'avais même commencé à prendre des jeunes femmes un peu plus âgées, avec un visage atypique ou qui envoyait quelque chose de fort. Même mes prises de vues avaient changé... je voulais créer du beau et non pas photographier du beau.

interview écrivain

As-tu des mantras qui te renforcent et t'aident à garder le cap ?

« Fais les choses bien », « continue », « crée », sont des choses que je me répète régulièrement. 

La musique est salvatrice chez moi. Tout comme l'écriture. Ou le cinéma encore une fois ! J'accorde souvent mon état d'esprit à ce que j'écoute ou regarde. On ne réalise pas combien la culture (cinéma, littérature...) peut nous aider à comprendre les choses autour de nous ou ce qu'il se passe en nous. Sinon, il y a aussi les petites choses simples qui peuvent aider : faire la cuisine, jouer avec son chat, planter des radis !

interview recettes vegan

Photographies de Louise Skadhauge.

← Article précédent Article suivant →